Les pays du Partenariat des déclarations d’Amsterdam adressent une lettre ouverte au Brésil

Au regard de l'urgence d'agir face à la saison sèche et la reprise des feux en Amazonie, ainsi que des annonces de procédure législative initiée puis retirée au Brésil au printemps visant à amnistier la déforestation illégale pratiquée antérieurement à 2018, les membres du Partenariat des déclarations d'Amsterdam ont souhaité appeler le Brésil à agir pour mettre un terme à la déforestation en Amazonie à travers une lettre ouverte.

Au regard de l'urgence d'agir face à la saison sèche et la reprise des feux en Amazonie, ainsi que des annonces de procédure législative initiée puis retirée au Brésil au printemps visant à amnistier la déforestation illégale pratiquée antérieurement à 2018, les membres du Partenariat des déclarations d'Amsterdam ont souhaité appeler le Brésil à agir pour mettre un terme à la déforestation en Amazonie à travers une lettre ouverte.     

Le Partenariat des déclarations d'Amsterdam (ADP), constitué en 2015 à l'occasion de la COP21 sur la base des principes de la déclaration de New York sur les forêts, vise à coopérer avec le secteur privé et les pays producteurs de soja, huile de palme et cacao pour des chaînes d'approvisionnement durables et zéro-déforestation. Le partenariat est constitué de l'Allemagne, du Royaume-Uni, de l'Italie, des Pays-Bas, du Danemark, de la Norvège, de la France et plus récemment de la Belgique et de l'Espagne (actuellement observateurs). Sa présidence est tournante. Il est en ce moment présidé par l'Allemagne.

Les enjeux liés à la déforestation sont très importants au Brésil. La déforestation en Amazonie brésilienne a progressé de 85 % en 2020 par rapport à l'année précédente et 1 202 km² de forêt ont été rasés entre janvier et avril 2020 selon l'Institut national de recherches spatiales brésilien (INPE), ce qui est 55 % de plus qu'à la même période l'année précédente et le chiffre le plus élevé depuis 2015. Toujours selon l'INPE, les feux auraient augmenté de 28 % en juillet cette année par rapport à l'an dernier.     

La lettre ouverte rappelle l'objectif du Partenariat des déclarations d'Amsterdam, qui est de dialoguer avec les parties prenantes pour atteindre un objectif zéro déforestation dans les chaînes d'approvisionnement en 2020, mais il rappelle également au Brésil l'importance de préserver l'Amazonie et lui propose d'intensifier les efforts communs pour lutter contre la déforestation. Le document fait par ailleurs référence à la poursuite des travaux menés par chacun au niveau bilatéral ainsi que multilatéral, comme c'est le cas de la France au travers de l'Alliance pour la préservation des forêts tropicales.

Le Partenariat s’étant par ailleurs engagé à échéance 2020 dans les déclarations : une nouvelle déclaration d’intention politique pour le relèvement de l’ambition sera publiée par ses membres, ainsi que les deux membres observateurs, en décembre 2020.

Pour lire la lettre ouverte, cliquez ici